accueil
Institut Périchorèse - Atelier d'iconographie

Capsule technique  Périchorèse I

Encaustique pour bois de l'icône

 

De : Institut Périchorèse [mailto:contact@perichorese-icones.org]
Envoyé : 25 septembre 2011 10:09
À : Atelier d'iconographie In-Chora
Objet : Encaustique pour bois de l'icône (fond et chants)

 

Bonjour tout le monde,

 

Vous aimerez peut-être prendre connaissance de cet article trouvé sur Internet concernant l’utilisation de la cire d’abeille.

 

J’ai fait cette recherche après avoir vu hier à l’Atelier l’usage du produit de Kama ‘Cire d’abeille en pâte’.  Je comparais le produit avec la ‘Cire des artisans’ liquide que j’ai ici et il me semblait que ce serait plus facile d’application et avec un résultat plus égal si le produit était liquide.  Le texte ci-dessous va dans ce sens.

Dans tous les cas, cet article donne des recettes qui permettront d’utiliser les gros morceaux de cire d’abeille laissés à l’Atelier par sœur Denise Rioux.

 

Je me suis permis de surligner en jaune ce qui m’a frappée dans cet article.

 

 

Bonne exploration !

 

Michèle

 

Source : http://www.meublepeint.com/cire-d-abeille.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

Utilisation de la cire d'abeille

 

Cet article paru sur le site canadien www.artebois.ca
est publié sur www.meublepeint.com
avec l'aimable autorisation de leurs auteurs :
Céline Dubord
et
Pierre Pagé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’encaustique : Comment la préparer et l'appliquer

 

L’encaustique n’est pas de la cire toute préparée que l’on peut acheter en boîte dans le commerce, c’est de la cire d’abeille diluée dans de l’essence de térébenthine pure.

Procurez-vous un pain de cire d’abeille. Il est possible d’en trouver dans des magasins spécialisés, mais plus sûrement chez les apiculteurs. Avec un rabot de menuisier ou tout simplement un couteau, réduisez une petite quantité de ce pain de cire dans un contenant en verre qui ferme bien. Vous recouvrez ces paillettes de cire avec de l’essence de térébenthine pure. Vingt-quatre heures plus tard, les paillettes ont absorbé l’essence et forment une pâte homogène. Cette pâte doit être à nouveau diluée avec de l’essence pour devenir liquide. Par exemple, pour deux pouces de pâte, ajoutez ½ pouce ou plus de térébenthine et mélangez bien avec une spatule de bois. Chaque jour, faites la même opération en ajoutant un peu d’essence, plus ou moins, suivant que vous le jugez nécessaire, jusqu’à ce que la cire demeure liquide. Cela peut demander une semaine. C’est ce que l’on appelle de l’encaustique prête à être utilisée sur le bois. Il est absolument indispensable, pour qu’elle puisse pénétrer dans les pores du bois, que cette encaustique ait la consistance d’un liquide onctueux.

Si cela doit se faire, je préconise de teinter le bois, avant de cirer, avec une teinture et d’employer ensuite la cire dans sa couleur naturelle. Vous pouvez ajouter un peu d’ocre à l’encaustique pour des bois poreux et clairs; dans ce cas, il n’est pas utile de teinter le bois au préalable. Cette cire liquide doit être appliquée au pinceau. En imprégner généreusement le bois, quitte à enlever aussitôt après avec le pinceau ce qui vous semble être un excédent de cire.

Une fois que le meuble est bien imprégné de cette cire liquide, laissez-la sécher de 6 à 8 jours, jusqu’à ce que le bois ait absorbé le plus de cire possible.

Après cette période de séchage, ne soyez pas étonnés qu’au toucher à main nue, le meuble ainsi encaustiqué vous semble collant, ceci est normal; ce n’est que l’excédent de cire qui n’a pas pu pénétrer, le bois ayant absorbé ce dont il avait besoin pour le temps présent. Il sera donc absolument nécessaire d’enlever ce superflu de cire en frottant vigoureusement dans le sens du grain du bois pour ôter toute la cire qui est encore en surface.

Pourquoi? D’abord le bois ne sera plus collant. De plus, il ne retiendra pas la poussière. Et surtout, ceci est très important, ce n’est pas la cire mais le bois qui brillera par le moyen de la cire qui aura pénétré dans le bois, lequel est ainsi nourri par un agent naturel.

Gardez le reste de votre cire dans un contenant bien fermé, et l’année suivante elle sera encore bonne. Peut-être aura-t-elle un peu épaissie? Il suffira alors d’y ajouter à nouveau un peu d’essence de térébenthine pure pour obtenir la consistance recherchée. Il ne vous restera qu’à suivre la même procédure que précédemment pour l’encaustique de vos meubles.

Que cette cire soit en pain ou dissoute, elle est toujours bonne, toujours utilisable; dix ans, vingt ans après, elle conserve toujours ses propriétés naturelles si elle est exempte de poussière ou autres matières grasses, donc si on l’a gardée dans un contenant bien fermé, à l’abri de l’air.

Un pain de cire d’environ deux à trois livres suffit pendant de longues années à l’entretien des meubles d’une maison d’importance moyenne. Cette cire d’abeille est très économique; bonne pour le bois, d’odeur agréable, et douce au toucher. Ce sont là ses principales qualités.

 

Autre recette pratique : Encaustique 2

 

 Cire d'abeille

 

 Essence de térébenthine

 1 partie  

 Huile de lin

 1 partie

On prépare la cire d’abeille en la faisant fondre dans un bain-marie en la diluant avec de la térébenthine et de l’huile de lin en parties égales. Attention au feu car les produits sont très inflammables.

 

Autre recette pratique : Pâte à polir

 

 Gomme-mastic

 28,3 grammes

 Sandaraque

 28,3 grammes

 Laque en grains

 28,3 grammes

 Gomme laque

 28,3 grammes

 Gomme arabique

 28,3 grammes

 Cire vierge

 7 grammes

 Esprit de vin rectifié

 1,136 litre

Concasser le tout et dissoudre dans une bouteille. La pâte est bonne pour l`emploi au bout de 12 heures

 

Autre recette pratique : Pâte pour meubles 1

 

 Cire d'abeille

 1 partie

 Essence de térébenthine

 1 partie  

 Huile de lin

 1 partie

Faire fondre et laisser refroidir.

 

Autre recette pratique : Pâte pour meubles 2

 

 Cire d'abeille

 113 grammes

 Essence de térébenthine

 10 onces

 Racine d'orcanète

 Facultatif

Faire fondre et laisser refroidir. Teinter avec de la racine d'orcanète si désiré.

 

Autre recette pratique : Huile pour meubles 1

 

 Huile de lin bouillie

 1 litre

Cire d'abeille

 113 grammes

 Racine d'orcanète

 Facultatif

Faire fondre et colorer avec de la racine d’orcanète.

 

Autre recette pratique : Huile pour meubles 2

 

 Cire d'abeille

 2 parties

 Essence de térébenthine

 2 parties  

 Huile de lin

 16 parties

Vernis de gomme laque

 4 parties

Racine d'orcanète

 1 partie

Mélanger et laisser le mélange tel quel pendant une semaine.

 

Autre recette pratique : Vernis pour meubles 1

 

 Cire blanche

 425 grammes

 Essence de térébenthine

 1,136 litres

 Résine jaune en poudre

 28,3 grammes

Laisser macérer jusqu’à ce que tout soit dissous et appliquer avec une brosse ou un linge et bien polir avec un morceau de lainage.

 

Autre recette : Vernis pour meubles 2

 

 Cire d'abeille

 5 parties

Litharge en poudre fine

 6 parties  

 Huile

 100 parties

Bouillir jusqu’à ce que le mélange devienne épais et filandreux, puis séparer la partie claire pour s’en servir.

 

Autre recette : Vernis commun à l’huile

 

 Cire d'abeille

 227 grammes

 Essence de térébenthine

 2,271 litres

 Huile bouillie

 4,543 litres

Résine

 1814 grammes

Mélanger en chauffant la résine, la cire et l’huile et ajouter de l’essence de térébenthine.

 

Autre recette pratique : Pâte pour tourneurs

 

 Cire d'abeille

 28,3 grammes

 Alcool éthylique

 0,5 litre 

Sandaraque

 28,3 grammes

Dissoudre la sandaraque dans l’alcool éthylique. Couper finement la cire et la faire dissoudre dans suffisamment d’essence de térébenthine pour que cela forme une pâte. Ajouter graduellement la première mixture à celle-ci, puis, avec un chiffon de laine, appliquer le mélange sur l’objet que l’on tourne. Pendant qu’il est en mouvement sur le tour, polir avec un linge doux, ce qui donnera un très beau vernis.

 

 

Retour au Carnet Web de Périchorèse